Menu pour mobile

PERSONNE AUTISTE

« Il y a pire que d’être autiste, c’est ne pas avoir le droit de l’être » (Brigitte HARRISSON)

Témoignages

Mettre en pratique tous les outils

J’incite les personnes avec TSA à venir chercher du soutien de la part de SACCADE s’ils en ont besoin. L’aide apportée par cette équipe respecte réellement les besoins particuliers des autistes et leur fonctionnement interne. Dans mon propre cas, j’ai particulièrement besoin d’être soutenue lorsque je vis des malaises. Je suis suivie depuis quelques années par l’équipe SACCADE. Une psychologue de SACCADE m’aide à trouver des stratégies afin de m’aider à gérer mon stress et mon anxiété. À partir de maintenant, j’aurai également des suivis avec une éducatrice spécialisée de l’équipe. Elle aura pour rôle de m’accompagner dans mes situations anxiogènes non seulement dans un bureau, mais aussi en situation naturelle, afin de m’aider à mettre en pratique tous les outils que je reçois lors de mes rencontres à la clinique.

Noémie G. (24 ans)

Que du concret

Pour moi, être asperger signifie trop souvent me noyer dans mes émotions. J’ai suivi plusieurs thérapies traditionnelles en passant à chaque fois à côté du problème. Mon diagnostic a été une clef. Maintenant, avec Catherine, j’apprends à nommer mes émotions, à en mesurer l’intensité, à les comparer, et à prévoir ce que je ferai si une situation semblable se reproduit. Que du concret. L’exercice n’est pas seulement utile, il est passionnant. Je commence à prendre conscience de moi.

Paule L. (73 ans)

Mieux me comprendre

J’ai su que j’avais un syndrome d’Asperger, en 2012, après que SACCADE m’ait diagnostiqué. On m’a appris ce que c’était et j’ai pu par la suite mieux me comprendre. SACCADE m’a offert plusieurs de leurs ressources disponibles et j’ai eu accès à une neuropsychologue, une psychologue et à une orthopédagogue pour m’aider. Mon orthopédagogue m’a donné des trucs pour mieux réussir et m’organisé à l’école et ce, d’une façon que je puisse comprendre facilement en tant qu’Asperger. La neuropsychologue et la psychologue m’ont fait comprendre comment je fonctionne et comment les autres fonctionnent pour que je puisse par la suite mieux comprendre les gens autour de moi pour ultimement mieux m’intégrer et m’adapté. La neuropsychologue que j’ai vu a même été informé les professeurs de l’école où j’allais et mes camarades de ce qu’est le syndrome d’Asperger afin qu’ils comprennent mieux comment je marche et pour par la suite mieux m’aider et m’accepter.

William B. (17 ans)

Top